Arbitrage vidéo

Actualité relative à l’arbitrage vidéo

6/12/2011 : Blatter confirme la vidéo en 2014 27/3/2011 : la technologie en 2014 ? 2/09/2010 : Euro 2012, nouvelle compétition, nouvelle polémique ? 21/07/2010 : la technologie évoquée en octobre. 20/07/2010 : l’IFAB contredit les propos de Blatter. 29/06/2010 : Blatter annonce la réouverture du dossier “Technologie”. 27/06/2010 : but accordé à l’Argentine malgré un hors-jeu bien réel réclamé par Mexicains. 27/06/2010 : but non comptabilisé à tort en 1/8e de finale de la CDM (Allemagne-Angleterre). Alan Shearer se montre remonté envers Sepp Blatter, président de la FIFA, qui s’oppose à l’arbitrage vidéo. 26/06/2010 : la FIFA envisage l'introduction de l'arbitrage à cinq mais pas de la vidéo.

Sondage du moment

Votre opinion sur l’arbitrage vidéo...





Vers une utilisation de la technologie ?

Lors de la dernière Coupe du Monde (2010, Afrique du sud), et suite à l’élimination de l’Angleterre, qui s’était vu refuser un but valable contre l’Allemagne en huitième, l’ancien footballeur anglais Alan Shearer avait déclaré que seule une personne ne réclamait pas le recours à la technologie (sans qu’il s’agisse nécessairement de la vidéo), visant évidemment le président de la FIFA Joseph “Sepp” Blatter.

Cependant, lors de l’émission Téléfoot sur TF1 (27 mars 2011), ce dernier a semblé pencher en faveur de la mise en place d’un tel système à l’horizon 2014 : “Je pense qu’on aura un système qui permet de dire s’il y a but ou pas but, et, à ce moment là, il sera introduit à la Coupe du monde 2014”. Il rappelle l’épisode de l’élimination anglaise qui selon lui nécessitait de “rouvrir la discussion”.

La FIFA avait testé en février dernier dix systèmes permettant de déterminer si le ballon a ou non franchi la ligne de buts, mais n’en a jugé aucun assez fiable pour qu’il puisse être déployé à l’occasion d’un véritable match.

Rappelons toutefois que, si une telle technologie était déployée, elle éviterait certes les erreurs aux conséquences immédiates les plus graves, mais ne sera d’aucune utilité contre, par exemple, les hors-jeux accordés ou refusés à tort, erreur que l’on retrouve dans un autre huitième de la Coupe du Monde 2010 (Mexique-Argentine) et qui avait conduit au but de Tevez. On peut toutefois considérer la nouvelle position de Blatter comme une avancée modeste mais bienvenue.

Réactions des internautes

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Commenter l’article

Votre nom ou pseudo :


Votre adresse électronique :


Votre commentaire :


[antispam] Indiquez un chiffre entre 1 et 7 inclus :