Arbitrage vidéo

Actualité relative à l’arbitrage vidéo

6/12/2011 : Blatter confirme la vidéo en 2014 27/3/2011 : la technologie en 2014 ? 2/09/2010 : Euro 2012, nouvelle compétition, nouvelle polémique ? 21/07/2010 : la technologie évoquée en octobre. 20/07/2010 : l’IFAB contredit les propos de Blatter. 29/06/2010 : Blatter annonce la réouverture du dossier “Technologie”. 27/06/2010 : but accordé à l’Argentine malgré un hors-jeu bien réel réclamé par Mexicains. 27/06/2010 : but non comptabilisé à tort en 1/8e de finale de la CDM (Allemagne-Angleterre). Alan Shearer se montre remonté envers Sepp Blatter, président de la FIFA, qui s’oppose à l’arbitrage vidéo. 26/06/2010 : la FIFA envisage l'introduction de l'arbitrage à cinq mais pas de la vidéo.

Sondage du moment

Votre opinion sur l’arbitrage vidéo...





Les principaux arguments contre l’arbitrage vidéo

Les règles du football ont vocation à être universelles, et on ne pourrait y inclure une assistance technologique à l’arbitrage que dans les pays qui auraient les moyens de la mettre en place.

Recourir à la vidéo à chaque action litigieuse fractionnerait le match, faisant perdre au jeu de sa continuité.

L’arbitre perdrait de son autorité, il n’aurait plus d’autre choix que de se référer et de se soumettre à la vidéo.

L’arbitrage à 5 est la solution aux principaux problèmes constatés et s’imposera dès que possible.

Les principaux arguments pour l’arbitrage vidéo

La technologie assiste déjà les arbitres de nombreux autres sports (tennis, rugby, football américain,...).

L’arbitrage 100% humain a atteint ses limites : le jeu est désormais trop rapide, trop technique pour que le corps arbitral puisse éviter certaines erreurs.

Le besoin d’une assistance technologique à l’arbitrage se fait sentir à chaque match important, ce que la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud n’a pas fait mentir (de la main de Thierry Henry au but accordé à l’Argentine devant le Mexique...).