Arbitrage vidéo

Actualité relative à l’arbitrage vidéo

6/12/2011 : Blatter confirme la vidéo en 2014 27/3/2011 : la technologie en 2014 ? 2/09/2010 : Euro 2012, nouvelle compétition, nouvelle polémique ? 21/07/2010 : la technologie évoquée en octobre. 20/07/2010 : l’IFAB contredit les propos de Blatter. 29/06/2010 : Blatter annonce la réouverture du dossier “Technologie”. 27/06/2010 : but accordé à l’Argentine malgré un hors-jeu bien réel réclamé par Mexicains. 27/06/2010 : but non comptabilisé à tort en 1/8e de finale de la CDM (Allemagne-Angleterre). Alan Shearer se montre remonté envers Sepp Blatter, président de la FIFA, qui s’oppose à l’arbitrage vidéo. 26/06/2010 : la FIFA envisage l'introduction de l'arbitrage à cinq mais pas de la vidéo.

Sondage du moment

Votre opinion sur l’arbitrage vidéo...





Ils sont contre...

Joseph “Sepp” Blatter : le Suisse, actuel président de la FIFA, s’oppose à l’arbitrage vidéo mais déclare le 24 janvier 2010 que, s’il est hors de question que cela soit introduit pour la coupe du monde en Afrique du sud, il n’est “pas totalement opposé” à l’arbitrage vidéo, “seulement quand une technologie permettant de vérifier si le ballon a franchi la ligne de but sera prête à être expérimentée”.

L’IFAB (International Football Association Board), à qui revient la charge de décider des règles du football depuis 1882, a refusé en mars 2010 d’y intégrer deux technologies vidéo permettant de déterminer si le ballon a ou pas franchi la ligne de but.

Michel Platini : l’ancien international français, aujourd’hui président de l’UEFA, privilégie l’arbitrage à cinq plutôt que l’arbitrage vidéo qu’il défendait pourtant quelques années auparavant, en 1990, lorsqu’il officiait au poste de sélectionneur de l’équipe de France de football.

Ils sont pour...

Frédéric Thiriez : président de la Ligue de football professionnel depuis 2002, il a fait de l’arbitrage vidéo un des pans de son “plan de développement du football professionnel” présenté le 16 juin 2007.

Arsène Wenger : l’entraîneur français du club d’Arsenal, déclare à la suite des matchs Allemagne-Angleterre et Argentine-Mexique (1/8e de finale CDM, 26/6/2010), qui ont vu deux erreurs d’arbitrages majeures (un but anglais refusé, un hors-jeu non sifflé), que cela est “rageant et inacceptable”.

Joël Quiniou : ancien arbitre international français, travaillant aujourd’hui pour RMC, se déclare de nouveau favorable à une assistance vidéo à l’arbitrage lorsqu’il s’agit de déterminer si le ballon a franchi la ligne de but (“pour un ballon qui rentre, il y a quand même des moyens technologiques”) après la rencontre Allemagne-Angleterre.